Quoi de neuf
Forum | OlympiaPvP

Enregistre toi et rejoins-nous pour être au coeur de notre communauté !

Echanges avec tous les joueurs et participes aux sujets d'Olympia :) !

légende japonaise

Statut
N'est pas ouverte pour d'autres réponses.

Herobrine1009

Touriste
bonjour cher membre du staff et cher joueur/joueuse comme olympia va fermer ses porte avant Halloween j'ai décider de vous raconter 5 légende japonaise.

1 teke teke: Teke Teke (テケテケ?)1, également écrit Teke-Teke, Teketeke ou Teke teke est le nom d'un monstre issu de la légende urbaine japonaise qui raconte l'histoire du fantôme d'une jeune femme ou d'une écolière qui serait tombée sur une voie ferrée, où son corps a été coupé en deux par un train. Elle est un onryō qui se cache dans les zones urbaines et autour des gares la nuit. Dépourvue de ses jambes, elle marche sur ses mains ou sur ses coudes, traînant le haut de son torse et émettant un son semblable à un grattement. L'onomatopée japonaise représentant ce son étant "teke teke". Si elle rencontre un individu, elle le poursuit et le coupe en deux (souvent à l'aide d'une faux) La légende raconte que lorsqu'une personne apprend l'histoire de kachima elle la verrai dans le taux d'un mois. Elle peut poser des questions comme : Ou sont mes jambes? Après : Qui te l’as dit? Et puis : Qu’elle est mon nom?

Une version de l'histoire concerne une jeune femme connue sous le nom de Kashima Reiko (Qui est un diminutif, son vrai nom est "Kamen Shinin Ma Reiko"), qui serait décédée lorsque ses jambes ont été sectionnées par un train Selon la légende, son esprit sans jambes hante les toilettes et demande aux occupants s'ils savent où se trouvent ses jambes. Si elle reçoit une réponse qu'elle ne juge pas "acceptable", elle leur déchirera ou leur coupera les jambes. Les personnes concernées peuvent survivre à la rencontre en répondant que ses jambes sont sur l'Autoroute Meishin, ou en répondant par la phrase "kamen shinin ma" (son nom) ou "masque de démon mort".

2 kuchisake-onna: Kuchisake-onna (口裂け女, Kuchisakeonna?, « femme à la bouche fendue ») se réfère à une histoire issue de la mythologie japonaise, ainsi qu'à la version moderne de la légende urbaine d'une femme défigurée par un mari jaloux, et changée en un esprit vengeur avide de reproduire, par vengeance, le même acte dont elle a été victime.
La légende originale comprenait une jeune fille qui vivait il y a une centaine d'années (certaines versions de cette légende situent l'histoire à l'ère Edo1) et ayant été la femme, ou bien la concubine d'un samouraï. Elle était décrite comme étant d'une grande beauté (la plus belle de son village), tous les jours, elle demandait aux enfants du village si elle était jolie. Et les enfants répondirent « oui ». Un jour, elle se dit qu’elle pouvait tromper son mari.Le samouraï, extrêmement jaloux et se sentant trompé et déshonoré, l'attaqua et lui fendit la bouche jusqu'aux deux oreilles, disant : « Qui te trouvera belle, maintenant ? ».

La légende urbaine débute à ce point, racontant qu'une femme erre la nuit (surtout pendant les après-midi de brouillard ou dans des forêts sombres), le visage caché derrière un masque chirurgical, qui ne paraîtrait pas spécialement incongru, dans la mesure où il est de coutume au Japon de porter un masque lors de maladies, afin de ne pas infecter les autres. Lorsqu'elle croise quelqu'un (le plus souvent des enfants et des collégiens), elle leur demande timidement : « Suis-je belle ? » (« Watashi kirei? »). Si la personne répond oui, elle enlève son masque et dit : « Même comme cela ? »

Arrivée là, si la victime répond « Non », elle la tue ou bien lui fend la bouche afin qu'elle lui ressemble (l'arme est une paire de ciseaux ou une faux). Si la victime lui dit qu'elle est belle une seconde fois, elle dira : « si vous me trouvez si jolie, je vous en ferais un.. » et tue la victime en lui découpant la bouche (comme elle)

Durant les années soixante-dix s'est ajouté à la légende que si vous répondiez : « Vous êtes ordinaire », vous seriez sauvé. Lorsque la légende a regagné en popularité, au début des années 2000, une réponse pouvant sauver la victime s'est ajoutée : « Vous êtes normale ». À la différence de la précédente réponse,Kuchisake-onna serait alors contrainte de réfléchir au sens de cette affirmation, et la victime profiterait de ce moment de réflexion pour s'enfuir. Une autre manière de lui échapper alors qu'elle est distraite est de lui envoyer des bonbons ou d'autres friandises, ou de simplement lui en offrir. Enfin, une dernière façon de se sauver pour la victime de lui demander si elle-même est belle. Perturbée, elle partira

3 Hanako-san:
Hanako-san (トイレの花子さん, Toire no Hanakosan?, « Hanako des toilettes ») est une légende urbaine japonaise désignant l'esprit d'une jeune fille qui hanterait les toilettes des écoles. Elle hanterait la 3ème cabine des toilettes des filles et apparaîtrait lorsque l'on dit trois fois son prénom. Selon la légende, ceux qui relèveraient le "défi d'Hanako-san" pourraient l'invoquer. Pour ce faire, il suffirait de toquer trois fois à la 3ème porte du 3ème étage des toilettes des filles,mais si elle vous répond il ne faudra alors pas rentrer ou sinon elle vous en mènera avec elle.

Elle serait vraisemblablement un esprit vengeur.
Il existe plusieurs légendes urbaines sur l'origine de Hanako-san. Elle pourrait être une élève morte durant la Seconde Guerre mondiale, tuée par un obus, dans cette fameuse cabine alors qu'elle jouait à cache-cache avec ses camarades de classe. Une deuxième légende relate qu'elle aurait été assassinée par un agresseur extrêmement pervers (élève, ou professeur) dans ces toilettes. Enfin, une dernière explication serait qu'elle se serait suicidée, toujours dans ces toilettes.
D'après la légende, si quelqu'un frappe trois fois à la troisième porte des toilettes des filles du troisième étage, puis dit : « Es-tu là, Hanako-san ? » (« Hanako-san irasshaimasu ka? »), alors Hanako répondra : « Je suis là. » (« Hai »). Si cette personne décide d'entrer dans les toilettes, elle verra une jeune fille portant une robe rouge. Hanako-san est une légende urbaine populaire, souvent utilisée en tant que test de courage par les enfants, ou comme bizutage dans les écoles ; de manière similaire à la légende urbaine Bloody Mary dans le monde anglo-saxon.
La légende de Hanako-san change légèrement en fonction de l'école et/ou de la région. Son apparence peut aussi différer, mais elle est généralement représentée comme une jeune fille aux cheveux courts avec une robe rouge.

Préfecture de Yamagata : après la réponse d'Hanako-san et si la personne décide d'entrer, cette dernière sera dévorée par un lézard à trois têtes1.

Préfecture d'Iwate : après avoir appelé Hanako-san, de grandes mains blanches sortent de la porte.

Préfecture de Kanagawa : après l'avoir appelée, une main ensanglantée apparaît.

Hanako était un prénom souvent utilisé au Japon dans les années 1950, date d'apparition supposée de la légende.

4 aka manto:
Aka Manto ( 赤 マ ン ト , cape rouge ) , également connu sous le nom de cape rouge , gilet rouge , [1] Akai-Kami-Aoi-Kami ( 赤 い 紙 青 い 紙 , papier rouge, papier bleu ) , ou occasionnellement Aoi Manto ( 青 マ ン ト , Blue Cloak ) , [3] est une légende urbaine japonaise sur un esprit masqué qui porte un manteau rouge et qui apparaît aux personnes utilisant les toilettes dans les salles de bains publiques ou scolaires. Les récits de la légende varient, mais un élément cohérent de l'histoire est que l'esprit posera une question à l'occupant d'une toilette. Dans certaines versions, il leur demandera s'ils veulent du papier rouge ou du papier bleu, bien que d'autres versions identifient les choix comme un manteau rouge ou un manteau bleu, ou comme une cape rouge ou une cape bleue. Le choix de l'une ou l'autre option entraînera la mort de l'individu, de sorte que l'individu doit ignorer l'esprit, s'enfuir ou rejeter les deux options pour survivre.
Aka Manto est décrit comme un esprit masculin , un fantôme ou un yōkai qui hante les toilettes publiques ou scolaires. On dit souvent qu'Aka Manto hante spécifiquement les salles de bains féminines, et dans certaines versions de la légende, on dit qu'il hante la dernière stalle dans ces salles de bains. On dit que l'esprit porte un manteau rouge fluide et un masque qui cache son visage, et est parfois décrit comme étant beau et charmant sous son masque.
selon la légende, si une personne est assise sur une toilette dans une salle de bain publique ou scolaire, Aka Manto peut apparaître et lui demandera si elle veut du papier rouge ou du papier bleu. [3] [5] Selon la version de l'histoire, l'esprit peut leur demander de choisir entre un manteau rouge et un manteau bleu, [6] ou entre une cape rouge et une cape bleue. S'ils choisissent l'option "rouge", ils seront lacérés de telle manière que leur cadavre sera trempé dans leur propre sang. La manière précise dont la personne est lacérée diffère selon le récit de la légende, y compris la personne poignardée ou écorchée . Si l'individu choisit l'option «bleue», les conséquences vont de l' étranglement de cette personne à tout le sang de la personne drainé de son corps.

Si un individu tente de déjouer Aka Manto en demandant une couleur de papier, de cape ou de cape différente, on dit souvent qu'il sera traîné dans un monde souterrain ou un enfer en conséquence. [9] [10] Dans certaines versions, choisir un papier, une cape ou une cape "jaune" entraînera la force de la tête de l'occupant dans les toilettes. [1] [11] Ignorer l'esprit, ou répondre que l'on ne veut pas ou ne préfère pas l'un ou l'autre type de papier, est censé faire partir l'esprit. Dans certains comptes, rejeter les deux options et fuir Aka Manto entraînera également la survie de l'individu, bien que parfois Aka Manto bloquera simplement la sortie.

5 bloodymary: ont termine avec une légende que la majorité des gens connaisent a savoir bloody mary je la met la car je n ai trouver que ses 4 légende japonaise citer si dessus donc on commence :
bloody Mary (« Marie la Sanglante ») (« La Vierge Sanglante ») est un fantôme ou une sorcière représentée dans le folklore anglo-saxon.

L'histoire varie beaucoup d'un folklore à l'autre. On dit qu'elle apparaît dans un miroir quand son nom est prononcé trois fois ou parfois plus, selon la version de l'histoire, souvent prise comme un jeu.

Selon les versions, elle est une mère infanticide, une femme qui a perdu son enfant et s'est suicidée, une femme morte en couches… Selon une autre légende, Mary était la fille d'un docteur dénommé Mumford. Elle aurait contracté la diphtérie, une maladie incurable à son époque et extrêmement contagieuse. Le docteur Mumford décida alors de l'enterrer vivante avec une corde attachée à son poignet la reliant à une cloche au cas où elle se réveillerait. Inquiète, sa mère resta auprès de Mary pour être là si la cloche venait à tinter mais son mari prit conscience que si sa bien-aimée restait dehors, elle mourrait de froid. Malheureusement il ne put la dissuader de quitter la tombe de sa fille alors il lui injecta de la morphine. Le lendemain, le bon docteur alla voir la tombe de sa fille et quand il vit que la cloche était à terre, il s'empressa de déterrer le cercueil de Mary. Lorsqu'il l'ouvrit, il vit sa chère enfant morte les mains ensanglantées. Ses mains étaient tellement rouges de sang que M. Mumford ne se rendit pas tout de suite compte qu'à force de gratter la paroi qui refermait le cercueil, Mary s'était arraché les ongles. Mary était morte de la main de son père.

Bloody Mary est également le surnom de Marie Tudor, reine catholique d'Angleterre de 1554 à 1558 sous le nom de Marie Ire, à cause des persécutions violentes qu'elle mena contre les protestants.
Le rituel d'invocation varie beaucoup selon les versions. Il faut se placer dans une pièce (la plupart du temps une salle de bain) éclairée de deux bougies placées de chaque côté du miroir. Puis fixer attentivement son visage dans le miroir et prononcer le nom de Bloody Mary, le nombre de fois dépend des versions : soit trois fois ou bien treize, auquel cas l'on doit tourner sur soi-même en hurlant le nom de Bloody Mary de plus en plus fort : au treizième tour, lorsque l'on fixe le miroir, elle est censée apparaître. Son visage serait vraiment terrifiant : elle est couverte de sang, de blessures et chercherait à attraper la personne pour l'emporter avec elle si on la regarde dans les yeux.

On peut également, après avoir prononcé Bloody Mary 3 fois, ajouter « I killed your baby » (« J'ai tué ton enfant ») ce qui provoquerait une attaque mortelle et sans pitié de l'entité en question. Dans cette version, on entend une cloche sonner quand elle arrive.

voila j'espère que vous allez aprécier tous sa je l'ai trouver sur des site et wikipedia bonne lecture.
 
Statut
N'est pas ouverte pour d'autres réponses.